RH & HRtech : l’éthique devient prépondérante

10 mois ago
367

Au moment où le monde tournait son regard sur les USA pour les élections, se déroulait une conférence dédiée aux HRtech et aux problématiques RH en général.
Organisée par Human Ressources Executive, elle nous donne quelques indications sur des sujets brûlants.
Même si l’on est dans un contexte et un marché différents, de nombreux enseignements peuvent en être tirés.
Voici quelques interventions et extraits des débats.

 

L’éthique au cœur des échanges et des valeurs à suivre

La pandémie étant toujours en plein essor, devons-nous presser les employés de retourner au bureau ? Marcus Buckingham, auteur et consultant en affaires, ne le pense pas.
«Nous n’avons pas besoin de précipiter nos employés pour revenir à la normale, nous essayons de les faire se sentir mieux», a-t-il déclaré. “Ce ne sera donc pas le cas.”

De même, Sumser a exhorté les organisations et les responsables des RH à réfléchir de manière «éthique» au retour au travail et a déclaré que les organisations intelligentes doivent donner la priorité à la sécurité, à la santé et au développement. Les organisations et les responsables des ressources humaines doivent constamment remettre en question les hypothèses. Ils doivent se demander ce qui est le mieux pour la santé et la sécurité de leurs employés lorsqu’ils décident quand et si les travailleurs doivent revenir au bureau.
Et comment ils peuvent au mieux assurer la sécurité des employés, quelle quantité d’informations ils doivent donner aux employés sur les risques de revenir au bureau pendant une pandémie.

Sumser a recommandé à tous les départements des ressources humaines et à leurs fournisseurs de créer une fonction d’éthique opérationnelle afin que les décisions puissent être évaluées avec un groupe de personnes. Objectif : s’assurer que tout le monde est en phase avec ce qu’il fait et ce qu’il tente d’accomplir.

«Je pense que l’éthique fait partie d’une nouvelle façon de décider», a déclaré Sumser, notant que la prise en compte de l’éthique permet également de prendre des décisions qui ne sont pas permanentes. «Nous voulons faire évoluer les choses parce que nous apprenons et nous ne savons toujours pas grand-chose de ce qui se passe.»

La bonne nouvelle, cependant, est qu’il existe en HRtech de nombreuses nouvelles technologies de santé et de sécurité sur le marché pour aider les employeurs à essayer de rendre le retour aussi sûr que possible.

HRtech, diversité, équité et inclusion.

Lutter contre les retombées de la pandémie a été la priorité pour la plupart des responsables RH cette année. Ils ne devraient pas laisser cette perturbation les empêcher de faire avancer leur programme de diversité, ont déclaré un certain nombre d’orateurs. Stacia Garr, co-fondatrice de RedThread Research, a noté en discutant de l’objectif de l’organisation que les meurtres de George Floyd, Breonna Taylor et de nombreux autres citoyens noirs cette année ont accru la conscience des entreprises américaines de l’injustice raciale.
«En conséquence,» a-t-elle dit, «nous avons vu des organisations parler de justice sociale d’une manière qu’elles n’avaient pas auparavant et, pour beaucoup d’entre elles, faire des choses qui sont remarquablement et manifestement différentes de ce qu’elles ont fait dans le passé”.

Dans son discours, le Dr Tolonda Tolbert, cofondatrice et responsable de la stratégie et de la culture chez Eskalera, a noté que beaucoup trop d’organisations parlent encore de DEI sans prendre des mesures fermes et décisives. La technologie, notamment HRTech, peut être un facteur de différenciation, dit-elle; Elle peut intégrer des systèmes de recrutement, de paie, de gestion des performances et de développement professionnel, par exemple. Elle a toutefois averti que les organisations doivent également être plus spécifiques et plus granulaires avec les questions qu’elles posent sur leurs données afin d’obtenir les résultats les plus significatifs.

Faites preuve d’empathie et de soins.

Plus que jamais, l’empathie et l’attention devraient être au cœur des préoccupations des organisations.

La pandémie met en évidence la nécessité pour les RH de privilégier l’empathie dans toutes leurs prises de décision, a déclaré la Chief Talent Officer, Pat Wadors. Les «soins à la personne» – qui tiennent compte de la santé mentale, émotionnelle, physique et financière des employés, ainsi que de la vie personnelle à la maison et de la situation familiale – devraient être un facteur déterminant dans les avantages sociaux, la gestion du rendement, la planification des effectifs et plus encore. Les gestionnaires doivent être mieux équipés pour de telles stratégies, a-t-elle noté, et les cadres supérieurs peuvent avoir besoin d’un coup de pouce supplémentaire de la part des RH pour s’engager.

Du côté de la technologie et des HRtech, a déclaré Bersin, le marché voit un afflux d’outils conçus pour aider les RH et les gestionnaires à être plus empathiques. «Les entreprises qui comprennent le besoin d’appartenance, d’inclusion, de diversité, un état d’esprit de croissance et un soutien et une collaboration constants sont celles qui vont prospérer pendant cette pandémie», a-t-il déclaré.

Le PDG de Limeade, Henry Albrecht, a exhorté les responsables des ressources humaines à adopter une technologie qui correspond à leur intention – à choisir les bons outils technologiques qui montrent leur niveau de soin. Il leur a également rappelé de continuer à écouter ce dont les employés ont besoin. «Aucune technologie ne peut vous donner la véritable culture ultime», a-t-il déclaré. «Vous devez écouter la voix de vrais êtres humains.»

Les RH ont la possibilité de repenser leurs priorités, a déclaré John Boudreau , professeur émérite de gestion et d’organisation et chercheur principal au Center for Effective Organizations de l’Université de Californie du Sud. «C’est une opportunité pour les RH de regarder autour de nous et de s’assurer qu’ils captent les leçons que leurs organisations apprennent en ce moment. Objectif : ne pas revenir à quelque chose qui est identique ou peut-être même pire lorsque la pression de la crise diminuera.»

Pat Wadors était d’accord. «Nous devons placer l’employé au centre de notre expérience et nous adapter au besoin. Si nous continuons d’avoir ce cadre, tout le monde sera mieux servi. »

Pour en savoir plus :
l’article de Human Ressources Executive

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Contribuer ou publier sur Tech Ethic