OUTIVY : optimisation digitale par le NoCode

3 mois ago
139

Entretien avec Baudouin MARBACH (BM), CEO de la société OUTIVY spécialisée dans le NoCode

Baudoin MARBACH NoCode

Régulièrement, nous vous donnons rendez-vous pour découvrir un expert du numérique.
Il s’agira de saluer les réussites françaises, donc symboliques, d’une technologie souveraine, efficace et porteuse d’avenir.

Dans chacune de ces interviews, un créateur d’entreprise ou un dirigeant emblématique du numérique français vient partager sa passion et son regard sur le marché et la technologie.
Il répond aux questions de notre rédaction sur son parcours, et celui de son entreprise ou de la technologie qu’il développe.
(Si vous souhaitez vous aussi faire découvrir votre entreprise, contactez-nous par le formulaire)

 

Tech Ethic (TE) : Pouvez-vous en quelques mots nous présenter votre société et votre positionnement sur votre marché ?

BM : Outivy est une agence nocode qui offre des solutions innovantes et personnalisées, depuis la TPE à l’ETI en quête de digitalisation voire d’optimisation digitale.

Notre proposition de valeur repose une rapidité de mise en œuvre pour valider un concept (MVP), une accélération des processus de digitalisation au sein de l’entreprise, une autonomie des départements métiers qui libère de fait les équipes IT dans les plus grosses structures.
Nous entendons par “nocode” le fait d’utiliser et de composer avec des solutions digitales disponibles sur le marché (pourquoi réinventer la roue), principalement des solutions saas B2B, pour lesquelles programmer se fait au travers d’une interface.

TE : Pouvez-nous préciser quel est le périmètre technico-fonctionnel de votre solution et à qui elle s’adresse en priorité ?

BM : Notre offre de services englobe des fonctionnalités, visant à simplifier et à optimiser les processus opérationnels pour nos clients.
Les multitudes de données gérées au sein d’une entreprise sont nombreuses et l’automatisation des flux de données sont l’une de nos principales valeurs ajoutées.
Notre périmètre inclut l’automatisation des flux de travail, l’analyse de données voire de processus digitaux existants, et des fonctionnalités collaboratives.

Il n’y a pas forcément de verticale particulière mais plutôt orienté sur un rôle ou une position dans l’entreprise.
Cela va de la gestion commerciale au customer success, jusqu’à la partie marketing. Exemple : Automatiser la recherche de prospects, les qualification pour les rentrer dans un CRM, faciliter l’on-boarding client et suivre le client d’un bout à l’autre de chaîne de l’entreprise, etc..

Nous touchons également les équipes de gestion de projet aux responsables opérationnels (head of xx), et aux professionnels de l’analyse de données.
En un mot, nous cherchons à faciliter leur travail quotidien, à augmenter leur productivité et à leur fournir une mise à disposition des données précieuse pour la prise de décision, en facilitant le passage de données d’un outil à un autre.

 TE : En quoi votre offre est-elle différente de l’offre concurrente ? Quels en sont les différenciateurs clés et éthiques ?

BM : Personnalisation Poussée : Nous allons au-delà des solutions standardisées. Chaque projet est une création unique, conçue pour s’adapter parfaitement aux exigences et objectifs spécifiques du client.

Co-construction et Accompagnement : Nous travaillons main dans la main avec nos clients à chaque étape, garantissant non seulement une solution adaptée mais aussi un transfert de connaissances pour les rendre autonome sur la solution.
Approche systémique : Nous ne nous limitons pas à la technologie ; nous intégrons les aspects humains, organisationnels et culturels dans nos solutions pour assurer une intégration harmonieuse et efficace au sein des entreprises.

J’aime à faire cette petite analogie pour décrire notre agence : ”Lorsqu’un architecte veut construire une maison, il ne commence pas avec une boîte à outils…” Il définit d’abord : son usage, analyse le terrain, propose des plans adaptés, fait le bon choix de matériaux. Chez Outivy, nous avons la même philosophie !

Nous nous intéressons aux métiers, l’écosystème du client puis nous co-construisons des solutions numériques sur mesure, en y ajoutant nos valeurs et partageant nos connaissances.

TE : Quels sont les usages et/ou les références associées dont vous êtes le plus fiers ?

BM : Je peux citer un client qui nous a appelé pour restructurer ses données et sa gestion de projet afin de qualifier des sociétés ayant un impact sociétal et environnement (loi Pacte 2019).
Mise en place d’une solution pour récupérer automatiquement des données mises à disposition par Infogreffe sur une base dédiée et être capable de l’enrichir au travers d’autres sources de données; tout en proposant un outil où toutes les informations sont disponibles pour un suivi de bout en bout au travers d’une interface simple d’accès et d’usage.

L’utilisation d’outil permettant de mettre à disposition spécifiquement des éléments à destination de partenaires de cette société comme des chercheurs par exemple, pour des analyses plus poussées; mais également de rendre compte en temps réel de  l’état des qualifications et des sociétés labellisées. Sur ce projet, il y a autant de techniques que d’optimisation dans leur processus de travail et d’accompagnement humain car tout a été basé sur de la co-construction et des feedbacks réguliers.

TE : Quels sont les bénéfices/ROI qu’il en a retiré ?

BM : Clairement, une charge mentale moins présente sur la justesse des données à traiter car il n’y a plus qu’une seule source de données de confiance. La fragmentation des données n’existe plus.
Une libération de temps sur les tâches répétitives et à faible valeur ajoutée (comme les nombreux copier/coller), ce qui laisse du temps pour se consacrer à la recherche et à la qualification.

TE : Pouvez-vous nous parler de votre modèle économique et peut-être du partage de la valeur ajoutée que vous générez ?

BM : En réponse à la prédominance des offres américaines, nous avons choisi de collaborer étroitement avec des partenaires européens et locaux, favorisant ainsi une approche plus intégrée et souveraine.
Ce qui en découle, c’est une collaboration et un retour beaucoup plus régulier du terrain auprès des éditeurs, voire des collaborations sur de la prospection de verticale métier. L’écosystème des solutions no-code est encore jeune (émergence après le covid), mais le marché évolue rapidement. Peut-être encore plus vrai avec l’IA

TE : Proposez-vous aux prospects la possibilité d’essayer votre offre que ce soit par une version gratuite sur un périmètre limité ou par une période d’essai ?

BM : Pas vraiment mais nous sommes capables de prescrire des solutions ou des pistes à explorer avant d’adopter le sur-mesure.
Exemple, un courtier en assurances dans les DOM-TOM qui cherchaient à standardiser et automatiser de la prise d’informations demande de devis client à la génération de devis assureurs.

Le simple fait que nous ayons eu accès à son écosystème technique et notamment le CRM, nous a permis de l’orienter, après analyse, vers les fonctionnalités avancées de celui-ci qui répondait à 90% de sa demande. Les 10% restants restent de l’ordre du supportable.

TE : Avec quels partenaires technologiques ou stratégiques “souverains” collaborez-vous ?

Pour en citer quelques unes : Ksaar, Eteko, Timetonic

Et nous nous appuyons aussi sur des solutions européennes : Make, Baserow

TE : Quelles sont les autres services périphériques ou complémentaires que vous proposez au marché en propre ou via des partenariats ?

BM : Notre agence est aussi partie prenante dans la professionnalisation du métier de Maker/no-codeur en proposant des formations nocode. Nous sommes co-directeur pédagogique chez Inpulp.tech, organisme de formation qui propose de se former à Make, Ksaar ou encore chef de projet nocode.

Nous estimons que si les outils no-code permettent une meilleure accessibilité et appropriation de la technologie par cette approche visuelle, il n’en demeure pas moins que même avec le no-code, cela reste un projet informatique constituer de briques qui elle-même évoluent très vite.
Le maintien en condition opérationnelle repose sur une bonne architecture technique de départ, justifiant la présence d’un partenaire technique.

TE : Baudouin MARBACH, je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contribuer ou publier sur Tech Ethic