Entretien : Digora valorise la data, ce trésor du SI

3 mois ago
392

Entretien avec Gilles KNOERY (GK), Président de Digora

 

Tech Ethic (TE) : Pouvez-vous en quelques mots nous présenter votre société et votre positionnement sur votre marché ?

GK : Fort d’un patrimoine d’expertise technologique dans le monde des SGBD (Oracle, SQL Server, PostgreSQL) qu’elles soient relationnelles ou NOSQL, DIGORA est une entreprise de Services Numériques depuis plus de 23 ans. Notre ambition est de répondre aux enjeux de la disponibilité, la performance, la sécurité des données et du SI de nos clients. Depuis quelques années, pour accompagner la DSI et les nouveaux usages /besoins des métiers, nous aidons nos clients dans la mise en place de la stratégie de gestion des données

TE : Pouvez-vous préciser quel est le périmètre technico-fonctionnel de votre solution et à qui elle s’adresse en priorité ?

GK : La Data (ou la donnée) est le seul composant du système d’information que l’on ne peut / doit pas perdre ou corrompre. Il s’agit réellement du trésor du SI pour toutes les entreprises qu’elles soient du CAC 40 ou ETI.

Notre expertise autour de 5 piliers du Data Management : Structurer, Valoriser ; Sécuriser, Opérer ; Piloter & Optimisera pour vocation d’accompagner tous les types d’organisation pour lesquelles le système d’information est vital.

Le Data Management est le socle du système d’information et permet à la DSI d’être en mesure d’innover.

TE : En quoi votre offre est-elle différente de l’offre concurrente ? Quels en sont les différenciateurs clés et éthiques ?

GK : Pour gérer les données il faut bien sur maitriser les technologies comme les bases de données, les technologies de Big Data et d’IoT mais il faut aussi disposer d’un savoir-faire pour les manager.

DIGORA s’attache à accompagner ses clients en termes :

  • de conseil pour permettre de lutter contre l’infobésité,
  • de gouvernance Finops permettant de maitriser leur consommation de souscriptions Cloud utilisées,
  • de qualité de management par une garantie de proximité humaine dans la gouvernance des services mais aussi dans un mode de relation « gagnant gagnant » et de partenariat avec ses «clients».

Il faut bien voir que l’infobésité touche aussi bien le grand public que le monde de l’entreprise.  Autant pour le grand public, que  pour le monde de l’entreprise, l’infobésité constitue un véritable handicap à la création de valeur par la data.

Bien gérer des containers de données comme des bases de données ou des datalakes ne suffisent plus : le paradigme de la data est devenu plus large et plus complexe. Il ne suffit plus de mettre à disposition des données avec des technologies performantes : il faut gérer la data et les processus associés pour créer de la valeur.

L’infobésité handicape la création de valeur à cause de différents problèmes :

  • Volume des données trop important et paradoxalement manque de données pertinentes,
  • Méconnaissance de l’existence même de données disponibles,
  • Difficulté pour interpréter les données,
  • Données obsolètes et non utilisées de manière proactive,
  • Données non corrélées pour construire des données à valeur ajoutée.

En luttant contre l’infobésité pour nos clients, le terme de partenariat prend tout son sens, DIGORA agit pour créer de la valeur pour ses clients.

Une de nos éthiques également est de travailler sur des études de recherche avec des écoles comme par exemple l’Université de Strasbourg, Polytech Nancy, Telecom Physique Strasbourg. Ou bien développer un cursus pour de nouveau Mastère spécialisé comme nous le faisons avec l’ECAM Strasbourg-Europe : un cursus de 105heures sur la gestion des données et d’aide à la décision pour le Mastère spécialisé en transformation Numérique

 

TE : Quels sont les usages et/ou les références associées dont vous êtes le plus fiers ou qui illustrent le mieux l’utilisation optimisée qu’un client a fait de votre solution ?

GK : Nous avons évidemment plusieurs références dont nous sommes fiers. j’en citerai trois :

  • Après plus de 5 ans de services managés sur son ERP en mode On Premise sur ses infrastructures, un spécialiste du monde des jeux vidéo, nous a choisi pour sa transformation dans le cloud. Il nous a renouvelé sa confiance dans le projet de migration ainsi que des services managés qui accompagne son ERP depuis 3 ans maintenant.
  • Un industriel nous a confié la création d’un service de plateforme d’IoT pour ses capteurs connectés. Cette plateforme a été conçue pour optimiser et fiabiliser la gestion des données brutes issues des capteurs et par une chaine de traitement et de visualisation, de présenter ces données de manière à répondre spécifiquement au « métier » du client. Ce service de plateforme IoT a été implémenté dans le cloud avec pour objectif d’être en mesure de faire la maintenance prédictive.
  • Une entreprise de services dans l’énergie nous a confié son projet de rationalisation et de mutualisation de leurs infrastructures de gestion de données pour économiser de la ressource.

TE : Quels sont les bénéfices/ROI qu’il en a retiré ?

GK : Grâce à la maitrise des technologies cloud, nous avons pu répondre à une exigence de PRA du client. Nos services de gouvernance FinOps lui garantissent l’optimisation des ressources « cloud » utilisées.

La mise à disposition d’un service de plateforme IoT permet à notre client de suivre des indicateurs de qualité chez ses clients. De plus, ce service de plateforme, lui permet aujourd’hui de modifier son business model. L’implémentation native dans le cloud permet à nos clients d’être serein pour amener l’agilité en fonction de leurs besoins business

TE : Pouvez-vous nous parler de votre modèle économique et peut-être du partage de la valeur ajoutée que vous générez avec votre écosystème ?

GK : Nos tarifications se veulent agiles pour nos clients. Nos services managés sont fonction du périmètre et nous facturons le temps de travail consommé. Nos contrats sont établis pour une durée d’un an pour donner un cadre juridique à l’exécution de nos actions mais tous les mois, les périmètres peuvent être revus à la hausse comme à la baisse. En fonction de la demande de nos clients, notre contrat peut contenir des tâches facturées pour un forfait mensuel et des taches facturées à la consommation au temps passé. Nous savons aussi adapter notre tarification à l’unité d’œuvre comme par exemple une facturation au camion, au train, ou au lit d’hôpital…

Tous nos contrats sont accompagnés d’une gouvernance spécifique avec notamment un de nos collaborateurs, le Service Delivery Manager, qui est l’interlocuteur privilégié du client.

TE : Proposez-vous aux prospects la possibilité d’essayer votre offre que ce soit par une version gratuite sur un périmètre limité ou par une période d’essai ?

GK : Notre tarification à périmètre modulable et notre facturation au temps passé permet aux clients d’évaluer nos services sur des périmètres de démarrage. Dans le monde du Data Management, pour tenir compte des aspects réglementaires, il est toutefois nécessaire de contractualiser la démarche.

Le RGPD et la sécurité des données sont des préoccupations de tous les instants.

TE : Avec quels partenaires technologiques ou stratégiques “souverains” collaborez-vous ?

GK : Quand on évoque les données, une stratégie « souveraine » peut être requise. Lorsque nous traitons des données de santé externalisées, en France, notre partenaire est la société ADISTA et au Luxembourg nous travaillons avec EBRC Filiale du Groupe Post, faisant parti du projet GAIA-X .Ces deux sociétés ont la certification européenne HDS (Hébergeur de Données de Santé).

Au Maroc, nous avons un partenariat avec N+ONE, opérateur local d’hébergement avec leurs propres data centers. Celui-ci a également intégré nos offres de services dans son catalogue.

De notre côté, nous sommes en route pour l’obtention de la certification ISO 27001 courant 2021.

TE : Gilles KNOERY, merci !

 

Pour en savoir plus :

Le site DIGORA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Contribuer ou publier sur Tech Ethic