Femmes en entreprise : repenser la place du travail après le Covid

2 mois ago
34

De nombreuses femmes rapportent que la pandémie de COVID-19 a changé leur point de vue sur le travail et sa place dans leur vie.
Ceci pourrait entraîner des changements dans la manière dont les employeurs conçoivent les emplois et les processus, selon un rapport du cabinet de conseil Gartner.

Dans son enquête d’octobre 2021 auprès de 3 515 travailleurs, Gartner a constaté que 65 % des femmes interrogées ont déclaré que la pandémie les avait amenées à repenser la place du travail dans leur vie.

Près de 70 % des femmes interrogées qui avaient des enfants ont déclaré que la pandémie avait « changé la façon dont elles valorisent certains aspects de leur vie en dehors du travail« . Les femmes ont également déclaré un bien-être inférieur à celui des hommes dans l’enquête, moins de la moitié des femmes convenant qu’elles avaient suffisamment d’énergie pour les activités de loisirs.

Les employeurs pourraient permettre aux travailleurs de mieux contrôler leurs journées de travail et réserver du temps pour le travail synchrone et asynchrone, a déclaré Gartner, ainsi que fixer un nombre minimum de jours par an pendant lesquels les équipes doivent se réunir en personne. Mais d’autres changements, tels que le choix d’une structure de gestion axée sur les résultats et la concentration sur un travail axé sur les objectifs, pourraient également être utiles, selon l’entreprise.

L’enquête d’octobre de Gartner montre que les femmes déclarent un bien-être inférieur à celui des hommes – 59% des femmes ont déclaré se sentir fatiguées avant même d’arriver au travail, contre 49% des hommes. Seulement 43 % des femmes s’accordent à dire qu’elles ont suffisamment d’énergie pour les activités de loisirs, nettement moins que leurs homologues masculins, dont 54 % sont d’accord.

Mettre davantage l’accent sur l’équité femmes / hommes en milieu de travail

Dans tous les secteurs, les hauts dirigeants s’inquiètent de l’engagement de la main-d’œuvre lorsque certains employés choisissent de travailler à domicile et d’autres non. Ceci est plus préoccupant pour les femmes – les données de Gartner montrent que les femmes sont plus susceptibles de vouloir un travail flexible que leurs homologues masculins. Pourtant, près de la moitié des employées à distance ont déclaré se sentir exclues des activités et des réunions qui pourraient améliorer leur carrière au moins une partie du temps.

Les conclusions de Gartner rejoignent d’autres analyses récentes des tensions causées par le travail hybride et le travail à distance depuis le début de la pandémie.

Les gestionnaires qui s’appuient sur une approche en face à face et des interactions physiques fréquentes peuvent rencontrer divers degrés de résistance de la part de leurs subordonnés directs. Dans sa déclaration, Gartner a cité des recherches antérieures qui ont montré que les équipes de travail hybrides obtenaient de meilleurs résultats que les équipes en personne dans des paramètres tels que l’agilité et la prise de risque .

Une incertitude plus grande pour les femmes

Les femmes continuent de faire face à des niveaux accrus d’incertitude professionnelle, selon la société de conseil en gestion LHH, qui a constaté dans une enquête que les femmes étaient plus anxieuses que les hommes quant à leur prochain changement de carrière .

Les employeurs se sont également concentrés sur les femmes qui ont quitté le marché du travail entièrement en raison de la pandémie, bien que des recherches menées fin 2021 par Metlife et Rainmakers CSI aient révélé que 63 % des femmes qui l’avaient fait prévoyaient de revenir. Des employeurs comme Schneider Electric ont développé des programmes de retour à l’emploi qui visent à attirer spécifiquement ce segment de talents.

Gartner a noté l’importance du travail axé sur les objectifs pour attirer les femmes, bien que d’autres aient constaté que les employeurs ne parvenaient peut-être pas à mettre en œuvre de telles initiatives.

« Les femmes sont fatiguées et en raison de la pandémie, beaucoup n’ont pas accès aux activités redynamisantes qui permettent un épanouissement personnel », a déclaré Alexia Cambon, directrice de recherche au sein de la pratique RH de Gartner, dans un communiqué.
« En l’absence d’une vie en dehors du travail, la pression augmente pour que le travail en vaille la peine. Les employeurs doivent commencer à repenser le travail pour qu’il devienne une proposition de valeur unique en soi. »

 

Pour en savoir plus :
le rapport Gartner (en anglais)

l’article du site HR Dive (en anglais)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Contribuer ou publier sur Tech Ethic