Zéro émission de Carbone : où commence le greenwashing ?

7 mois ago
595

Il ne se passe pas une semaine sans qu’un grand acteur du numérique mondial ou français n’annonce sa volonté d’aller vers une politique “zéro émission”.
Notons d’abord qu’il n’est pas toujours précisé qu’il s’agit de zéro émission de Carbone.

Parfois, cette annonce est même assortie d’une autre précision : “zéro émission nette de carbone”.

Mais jusqu’à quel point ces annonces sont-elles sincères et objectives ? Et que recouvrent-elles vraiment ?

Un journaliste américain s’est posé la question, et nous retranscrivons ici, après les avoir traduit, quelques unes de ses réflexions.

Trois fois plus d’entreprises “zéro émission”

Le nombre d’entreprises qui se sont fixé des objectifs climatiques “0 émission net” a plus que triplé par rapport à l’année dernière.

Ce “net” signifie qu’elles réduiront au maximum leurs émissions de CO2 et que celui qu’elles émettront encore sera compensées par des projets qui capturent du carbone.

«Toutes les cibles du net zéro ne sont pas les mêmes», déclare Angel Hsu, fondateur du Data Driven EnviroLab au Yale-NUS College et l’un des auteurs d’un récent rapport avec le NewClimate Institute examinant en détail les promesses de net-zéro. «Une partie du problème est qu’il n’y a pas de définition unifiée de ce que signifie réellement le zéro net. Et il existe de nombreuses opinions différentes sur ce que cela devrait signifier. ”

Une entreprise peut se fixer un objectif net zéro, mais ne pas réduire les émissions autant qu’elle le peut ou autant que nécessaire pour que la société reste sur la bonne voie pour atteindre les objectifs climatiques.

«La chose la plus importante qu’une entreprise puisse faire est, en plus de son engagement net zéro à long terme, de s’engager sur des objectifs ou des cibles à moyen terme», déclare Steven Clarke, directeur de la direction de l’énergie propre chez l’organisation à but non lucratif Ceres . «Cela garantit qu’ils prennent réellement des mesures dès maintenant pour les amener sur une trajectoire vers zéro net.»

Bon nombre des transitions massives qui doivent se produire prennent du temps, et sans objectifs intermédiaires clairs, il y a un risque que les entreprises ne soient pas en mesure d’apporter des changements assez rapidement. A mesure que la direction de l’entreprise change, l’entreprise pourrait également rebrousser chemin.

Ainsi, les entreprises ont déjà manqué des objectifs environnementaux majeurs, tels que les promesses de mettre fin à la déforestation d’ici 2020.
Et presque personne ne s’en est ému, ni même rendu compte.

Comme certaines industries peuvent évoluer plus rapidement que d’autres, elles ont besoin d’objectifs plus agressifs pour garantir que la société dans son ensemble puisse atteindre l’objectif global.

Qu’est-ce qui se cache derrière le zéro net ?

Lorsque les entreprises fixent des objectifs d’émissions, elles n’utilisent pas toujours le même langage.

Certains, comme Microsoft, parlent de devenir «négatifs en carbone». Certains utilisent des «émissions positives pour le climat» ou des «émissions négatives nettes» pour signifier la même chose: éliminer plus de CO2 de l’atmosphère que l’entreprise n’en émet.

Certains disent qu’ils visent un «zéro net» tandis que d’autres utilisent l’expression «neutre en carbone» pour indiquer que toutes les émissions restantes de l’entreprise seront compensées par des projets qui éliminent le carbone, comme la plantation d’arbres.

Une organisation à but non lucratif qui travaille avec les entreprises pour mesurer leur empreinte carbone, réduire les émissions et compenser les émissions restantes utilise l’expression «climatiquement neutre».  Que certains préfèrent car il fait référence à tous les gaz à effet de serre, pas seulement au dioxyde de carbone.

Certaines organisations utilisent «zéro carbone» ou «sans carbone» comme synonyme de zéro net.

Et l’on mesure comment ?

Lorsque certaines entreprises disent qu’elles visent le zéro net, elles ne parlent que des émissions qui proviennent directement de leurs propres activités.

Certaines sociétés pétrolières, par exemple, ont pour objectif d’atteindre le zéro net dans les puits de pétrole et de gaz, mais n’incluent pas la quantité beaucoup plus importante d’émissions des clients qui brûlent réellement le carburant.

D’autres fixent des objectifs plus larges, comme Apple, qui prévoit d’atteindre des émissions nettes nulles sur l’ensemble de sa chaîne d’approvisionnement d’ici 2030. Les émissions échappant au contrôle d’une entreprise, y compris ce dont ses fournisseurs et clients sont responsables, sont appelées émissions de «Scope 3».

«Je pense que nous devons regarder la situation dans son ensemble, de la chaîne d’approvisionnement à l’utilisateur final. Si nous voulons atteindre cet objectif en tant que société», déclare Andrew Poreda, analyste de recherche chez Sage Advisory. «Je pense que c’est essentiel. Si nous voyions 90% des entreprises s’engager et que nous n’incluons pas le Scope 3, comme dans le secteur pétrolier et gazier et les services publics, nous serions toujours confrontés au réchauffement climatique.”

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Contribuer ou publier sur Tech Ethic