UX Design : le design addictif est-il éthique ?

2 mois ago
107

L’UX design a pris une importance considérable en quelques années.
Mais peut-il exister un Design non éthique ? Oui, si l’on en croit certains, qui pointent du doigt des interfaces trop addictives, et pas assez tournées vers l’utilité réelle.

Chaque développeur aspire à créer des applications que les gens aiment utiliser – c’est juste une bonne conception UX design .
Le problème est que certaines équipes créent des applications que les gens aiment trop.
Le rôle des plateformes numériques, comme les médias sociaux, suscite une préoccupation éthique.

«Tant que les entreprises de médias sociaux profitent de l’indignation, de la confusion, de la dépendance et de la dépression, notre bien-être et notre démocratie sont menacés», affirment des critiques comme Tristan Harris.
Il est président et co-fondateur du Center for Humane Technology. Auparavant, il a travaillé comme éthicien du design chez Google. Il a reçu son diplôme de Stanford, où il a étudié l’éthique de la persuasion humaine.

Trouver un équilibre éthique entre les produits adorés par les consommateurs et les produits qui détournent leur attention est plus un art qu’une science. Lors de la création et des mises à jour de produits, le concepteur devrait se poser les questions suivantes :

  • Qui en profite?
  • Comment les usagers en bénéficient-ils?
  • Dans quelle mesure en bénéficient-ils?
  • Existe-t-il des garanties pour la santé et la santé mentale des utilisateurs?
  • Dans quelle mesure la monétisation et la collecte et l’utilisation des données client sont-elles manifestes, y compris via l’IA et l’apprentissage automatique (ML)? Dans quelle mesure ces pratiques sont-elles transparentes?

 

Chaque développeur aspire à créer des applications que les gens aiment utiliser – c’est juste une bonne conception UX design .
Le problème est que certaines équipes créent des applications que les gens aiment trop.

Il faut explorer l’UX design addictif, suggère David K. Bain, vice-président des normes pour la Telecommunications Industry Association, en comparant des applications populaires comme Duolingo et TikTok. Les deux applications génèrent de la croissance et des revenus pour leurs créateurs, mais la nature de leurs avantages pour les utilisateurs est différente. Les clients de Duolingo acquièrent des compétences linguistiques et sont confrontés à des activités qui améliorent la croissance neuronale et la plasticité cérébrale. Les utilisateurs de TikTok reçoivent des connaissances culturelles ainsi qu’une gratification immédiate avec un contenu vidéo qui endort le cerveau avec des neurotransmetteurs enivrants. «Sur cette base, de nombreux adultes diraient que le véritable avantage utilisateur de Duolingo est supérieur à [celui de] TikTok», a déclaré Bain, mais en ajoutant que sa fille de 15 ans serait en désaccord.

Les deux applications ont des attitudes différentes à l’égard des limites d’utilisation destinées à se protéger contre l’attachement addictif. Duolingo encourage la cohérence et démontre clairement que son utilisation est liée à des courbes d’apprentissage optimisées. Duolingo agrippe définitivement les utilisateurs par le revers pour atteindre leur quota quotidien et maintenir des séries de performances. Mais une fois les activités quotidiennes terminées, Duolingo libère l’utilisateur. En revanche, TikTok incite les utilisateurs à rester avec un “buffet” illimité de supports consommables.

Les applications s’appuient souvent sur la manipulation des utilisateurs, des méthodes de monétisation, la collecte de données utilisateur pour une utilisation en entreprise et des algorithmes d’apprentissage automatique pour améliorer l’application. La transparence signifie ce que les utilisateurs savent et comprennent réellement sur ces pratiques.

Voici comment cet aspect éthique se joue dans les deux exemples d’applications:

«Les utilisateurs de Duolingo sont clairement des victimes volontaires d’un régime quotidien imposé, mais ne sont certainement pas conscients que les publicités et les données d’utilisation se connectent à un écosystème publicitaire beaucoup plus vaste», a déclaré Bain. “Les utilisateurs de TikTok, en particulier les plus jeunes, j’en suis convaincu, sont largement et heureusement inconscients des méthodes et des résultats de leurs dépendances.”

Pour en savoir plus :

L’article de Matthieu Hug sur Tech-Ethic

L’article complet de Tech Target (en anglais)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Contribuer ou publier sur Tech Ethic