Apple ralentirait volontairement certains de ses développements

1 mois ago
211

La guerre continue à faire rage entre certaines grandes firmes numériques américaines.
C’est notamment le cas entre Apple et Epic Games, ce dernier se trouvant depuis quelques jours soutenu par Google de façon indirecte.
(ce qui n’empêche pas Google de faire l’objet d’attaques par ailleurs).

La polémique a été relancée, sans que l’on sache si c’est de façon orchestrée ou non, par un ingénieur de chez Google, Alex Russel.

Cet ingénieur de Google s’est opposé aux pratiques d’Apple sur le Web et est même allé jusqu’à qualifier les navigateurs iOS de «sous-alimentés de façon délibérée».

Le “moteur” d’Apple au cœur de l’accusation

De nos jours, on peut faire à peu près tout ce qu’on veut via une application Web. Diffuser du contenu, éditer des images, des documents, etc.

Tout cela incombe au navigateur. Quelques moteurs de navigateur facilitent le processus, à commencer par Chromium, sur lequel Google Chrome s’exécute.
Apple utilise WebKit, c’est ce dont veut parler Alex Russel, l’ingénieur de Google.

Or, sous iOS, Apple souhaite que tous les navigateurs exécutent WebKit. Même Google Chrome est obligé d’utiliser WebKit sur les appareils iOS.

Alex Russel affirme qu’Apple retarde «systématiquement» les nouvelles fonctionnalités de ses moteurs de navigation. Alors qu’ils «détiennent la clé pour débloquer des catégories entières d’expériences sur le Web».

“Des retards constants dans la livraison de fonctionnalités importantes garantissent que le Web ne peut jamais être une alternative crédible à ses outils propriétaires et à l’App Store.”

La révolution du jeux en streaming retardée ?

L’ingénieur va plus loin en affirmant : “Supposons qu’Apple ait implémenté WebRTC et l’API Gamepad en temps opportun. Qui peut dire si la révolution du streaming de jeux en cours aurait pu se produire plus tôt? Il est possible qu’Amazon Luna, NVIDIA GeForce NOW, Google Stadia et Microsoft xCloud aient été construits des années plus tôt.

Il est également possible que les API fournies sur toutes les autres plates-formes, mais pas encore disponibles sur aucun navigateur iOS (car Apple), puissent détenir la clé pour déverrouiller des catégories entières d’expériences sur le Web.”

Selon Alex Russel, les navigateurs iOS manquent, par exemple, de notifications push, de boutons d’installation standardisés de Progressive Web App (PWA), de synchronisation en arrière-plan et de nombreux autres outils qui permettent aux développeurs de créer plus facilement des applications Web entièrement fonctionnelles. L’accès à du matériel tel que Bluetooth, USB et NFC n’est pas non plus facilement disponible. Enfin, la norme AV1 libre de droits n’est pas non plus disponible.

 

Pour en savoir plus :
l’article (en anglais) de Wccftech

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Contribuer ou publier sur Tech Ethic