Relation professionnelle : au cœur des RH avec Work Well Together

7 mois ago
107

Entretien avec Robert ZUILI (RZ), CEO de la société Work Well Together (WWT)

Robert-Zuili

 

Tech Ethic (TE) : Pouvez-vous en quelques mots nous présenter votre société ?

RZ : WWT est une plateforme web RH dédiée à l’accompagnement des salariés sous l’angle de leurs relations tout au long de leur parcours professionnel. En effet, autant quand un salarié est recruté son expérience, ses connaissances et ses compétences sont clés, alors que dans plus de 80% des cas le facteur de séparation, c’est un problème relationnel, avec son management et/ou des collègues. C’est parce que nous avons réussi après de longues années de recherches en psychologie de la relation à développer des algorithmes qui permettent d’évaluer tout type de relation professionnelle (entre 2 ou avec plusieurs personnes) que nous permettons de prévenir et éviter toute dégradation de la qualité des interactions relationnelles au travail.

TE : A qui s’adresse votre solution, en termes de marchés verticaux, de fonctions d’entreprises et de contacts ou d’audience cible ?

RZ : Notre solution s’adresse en 1er lieu aux équipes RH et aux managers soucieux de préserver la qualité des relations. De notre point de vue, « tout se joue dans la relation » et que ce soit lors d’un recrutement, d’une mobilité, de la constitution d’une équipe ou de conflits, WWT permet d’objectiver et d’évaluer les relations sous l’angle de la coresponsabilité. Nous n’évaluons pas les personnes, mais nous évaluons scientifiquement la relation au travers d’un questionnaire projectif (18 questions) qui se passe en 15 minutes seulement et qui appréhende la relation au travers des interactions émotionnelles qui conditionnent le caractère fonctionnel ou dysfonctionnel de la relation. En 2nd lieu, nous permettons aux collaborateurs d’une entreprise de découvrir leur profil émotionnel et relationnel, de télécharger leur CV Relationnel© pour réussir à mieux parler d’eux et de leurs « softskills » relationnelles.

TE : En quoi votre offre est-elle différente de l’offre concurrente ?

RZ : Toutes les offres actuelles partent d’abord d’une évaluation individuelle des qualités, des comportements, de la sensibilité aux valeurs des personnes pour réaliser des matchings dits affinitaires. Nous, nous appréhendons d’emblée et directement le produit des interactions relationnelles à partir des caractéristiques émotionnelles des répondants. Ce que nous évaluons, c’est la relation et ses caractéristiques de fonctionnement sur 5 dimensions clés (Feelings/Valeurs/Complémentarité/Connivence/Conflits). L’intérêt de cette approche, c’est que nous ne remettons en cause personne et notre modèle est totalement non discriminatoire. Quand on mesure la qualité de la relation, ça ne dépend pas de votre âge, de votre statut, de votre genre, de vos diplômes ou de vos croyances. Ça permet véritablement d’ouvrir le champ des possibles.

TE : Quels sont les références dont vous êtes le plus fiers ou qui illustrent le mieux l’utilisation optimisée qu’un client a fait de votre solution ?

RZ : Colgate Palmolive utilise WWT lors de ses recrutements, Carrefour et Innothera également et pour optimiser le fonctionnement des équipes, Orange pour permettre à des collaborateurs d’un même service dispersés sur le territoire de mieux se connaître… Avec nos clients nous développons des fonctionnalités particulièrement innovantes. Par exemple avec Innothera, nous créons un Avatar « Valeurs » qui leur est spécifique afin de mesurer la sensibilité des candidats aux valeurs incarnées de l’entreprise.

TE : Quels sont les bénéfices/ROI qu’il en a retiré ?

JD : Dans le recrutement, c’est un gain de temps très appréciable. Parfois, il faut des mois pour qu’une relation se détériore et ce n’est pas sans impacts sur le fonctionnement d’une équipe (perte de confiance, défiance, désengagement, conflits…). WWT permet d’éviter l’apparition de ces situations toxiques. Les personnes au travers des préconisations fournies par les algorithmes savent comment éviter l’altération des liens. Dans la constitution d’équipes projet, cela permet d’associer des personnes qui vont pouvoir développer la coopération au travers de nos indices TPC (Taux de Performance Collective). L’enjeu n’est pas de savoir qui est meilleur que l’autre, mais quelle combinaison de talents est la plus profitable aux personnes et à l’entreprise. Dans la gestion des conflits, cela permet de sortir d’une spirale accusatoire réciproque en permettant à chacun de mesurer sa propre part de coresponsabilité dans la genèse du conflit. Il n’y a aucun jugement de valeur. Cela permet de sortir du conflit par le haut.

TE : Pouvez-vous nous parler de votre modèle économique ?

RZ : L’adhésion à notre plateforme se fait au travers de l’équivalent d’une licence avec des coûts de personnalisation de l’interface avec un abonnement mensuel qui dépend à la fois du périmètre et du nombre d’utilisateurs de la plateforme. A partir de 500€ HT mensuels, vous avez déjà accès à des fonctionnalités élaborées.

TE : Proposez-vous aux prospects la possibilité d’essayer votre offre ?

RZ : Nous permettons évidemment à nos prospects d’essayer la plateforme au travers de liens que nous leur attribuons et faisons une démonstration ensuite des fonctionnalités de la plateforme au travers de quelques profils de l’organisation. C’est à ce moment là qu’ils éprouvent la puissance de l’outil et le mot le plus récurrent quand on fait les 1ers profils et matchings de personnes qu’ils connaissent et avec lesquelles ils travaillent sont « c’est bluffant… ».

TE : Avec quels partenaires technologiques ou stratégiques “souverains” collaborez-vous ?

RZ : Compte-tenu de la barrière technologique importante que nous avons (de longues années de recherches, différents modèles et théories de la relation menées en psychologie sur un échantillon de 2500 personnes de plus de 25 nationalités), il était clé pour nous de maitriser en interne la technologie. Nous pourrions effectivement développer des partenariats stratégiques avec des acteurs globaux de la fonction RH (SSII, ATS, Job board, etc.).

 TE : Disposez-vous d’un réseau de partenaires intégrateurs/prescripteurs… ?

JD : Nous avons développé un réseau de partenaires distributeurs (Business dev.) sur tout le territoire français et francophone. C’est aujourd’hui près d’une vingtaine de personnes.

TE : Quelles sont les autres services périphériques ou complémentaires que vous proposez au marché en propre ou via des partenariats ?

JD : Comme évoqué précédemment, la fonctionnalité Avatar « Valeurs » est très prometteuse et intéresse beaucoup, car peu de solutions sont capables à ce jour d’apprécier la « valo compatibilité » d’un candidat avec sa future entreprise ou équipe. Par ailleurs, nous élaborons avec un de nos clients une fonctionnalité « Baromètre social » dont l’enjeu est d’identifier tant les foyers potentiels de mal-être que de bien-être dans l’organisation. Notre indicateur, c’est la dégradation ou la performance de la qualité de la relation dans l’entreprise. La relation est le 1er symptôme de dysfonctionnements et il est tellement précieux de ne pas négliger ce sujet.

TE : Robert Zuili, je vous remercie.

 

Pour en savoir plus : 

Découvrez WorkWellTogether en vidéo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Contribuer ou publier sur Tech Ethic