Le développement durable fait pression sur la Supply Chain

6 mois ago
305

La Supply Chain est l’un des secteurs les plus impliqués dans les dépenses énergétiques et dans l’émission de carbone.
Du fait notamment de l’acheminement de nombreuses marchandises depuis des contrées lointaines.

Le MIT a voulu s’intéresser plus avant à cette question.
Il a publié les résultat d’une étude intitulée “State of Supply Chain Sustainability 2020″. En voici quelques conclusions.

Un peu moins de la moitié des répondants à l’enquête ont mentionné avoir subi des pressions pour améliorer l’impact environnemental de la chaîne d’approvisionnement par leurs entreprises. Pour ceux qui ressentent de la pression, en moyenne, les répondants ont indiqué ressentir des niveaux de pression allant de forts à modérés. Elles émanent de différentes sources, notamment les organisations non gouvernementales (ONG), les médias, les investisseurs, les associations industrielles, les gouvernements, les consommateurs finaux, les acheteurs d’entreprise, les communautés locales et les dirigeants d’entreprise.

La pression la plus intense a été signalée comme venant du gouvernement, des médias et des cadres. Mais ce que l’on peut voir le plus clairement, c’est que, pour ceux qui ressentent de la pression, elle est diffuse et n’est pas exclusive à une seule source.
Cela va à l’encontre de l’idée reçue selon laquelle les ONG et les consommateurs sont les principales sources de pression.

 

Supply Chain : différentes sources de pression

Cela pourrait suggérer que dans les années à venir, les professionnels de la chaîne d’approvisionnement verront peut-être plus de pression pour agir alors que la pression des dirigeants se fait sentir sous la forme de responsabilités et d’indicateurs de performance clés (KPI).

En plus des pressions externes pour agir, les résultats du sondage ont montré que les employés actuels et potentiels exercent une certaine pression. Leur désir exprimé de travailler pour un milieu de travail plus responsable est clairement entendu par de nombreux dirigeants.

Bien que la pression soit présente dans toutes les industries de l’enquête, certaines sont plus fortement touchées que d’autres. Les résultats de l’enquête ont montré que les industries extractives subissaient le plus de pressions pour renforcer la responsabilité de la chaîne d’approvisionnement, suivies de l’agriculture, de la foresterie, de la pêche, de la chasse et de la construction. Les secteurs qui ont subi le moins de pression étaient les soins de santé et les services et le commerce de gros, plus de la moitié des répondants de ces secteurs ayant répondu qu’ils ne ressentaient aucune pression.

Selon plusieurs dirigeants, l’effort pour se conformer à la législation est élevé et a incité les entreprises non seulement à être conscientes des pratiques de leurs fournisseurs directs, mais aussi à savoir ce qui se passe chez les fournisseurs de niveau profond avec lesquels elles n’interagissent généralement pas.

 

Un atout aussi pour le recrutement

Une partie des cadres interrogés est responsable du développement durable dans leur entreprise et leurs chaînes d’approvisionnement. Ceci est repris par des experts qui suivent l’industrie, tels que Michelle Meyer, cadre client pour Gartner et ancienne présidente du conseil d’administration de CSCMP. Elle a noté qu’elle avait vu «plus de responsables de la chaîne d’approvisionnement «propre» que jamais auparavant.»

Ce phénomène ne se limite pas aux professionnels chevronnés de la chaîne d’approvisionnement. Plus de 20% des candidats au programme de maîtrise en gestion de la chaîne d’approvisionnement du MIT ont cité le développement durable comme l’un de leurs intérêts clés influençant leur décision de poursuivre une carrière dans la chaîne d’approvisionnement. Cette attitude est également mise en évidence dans les efforts de recrutement.

L’étude montre que s’il y a une dynamique vers le développement durable de la chaîne d’approvisionnement, le voyage est entravé par des obstacles financiers, physiques et technologiques. Par exemple, dans les industries à faibles marges bénéficiaires, comme l’habillement, il peut être difficile de justifier un investissement initial dans des initiatives qui pourraient ne pas porter leurs fruits à court terme.

Des dirigeants ont déclaré qu’ils étaient confrontés à des compromis difficiles lors de la gestion des chaînes d’approvisionnement tout en essayant de faire progresser les programmes sociaux et environnementaux. Certaines entreprises ont du mal à s’aligner en interne et en externe sur les problèmes les plus urgents à résoudre dans le paysage social et environnemental.
Les stratégies qui visent à aligner les objectifs de durabilité sur les attentes, pratiques, délais et financements internes et externes peuvent permettre des résultats plus efficaces.

 

 

Pour en savoir plus :
l’article (en anglais) de supply chain quaterly

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Contribuer ou publier sur Tech Ethic