L’IA au coeur de la rentrée scolaire 2023

6 mois ago
138

L’Intelligence Artificielle est-elle le changement le plus important qui caractérise la rentrée scolaire 2023 ?
Ce n’est pas impossible, même s’il n’est pas sûr que ce changement soit pleinement apparent et mis en avant par les enseignants ou les institutions.

Il faut se souvenir qu’il y a un an, en septembre 2022, l’IA restait un concept un peu flou et réservé à quelques GEEK. L’idée était dans l’air, mais très peu de personnes imaginaient que cette idée allait se concrétiser de façon éclatante quelques mois plus tard.
On peut considérer que la véritable explosion, l’irruption de l’IA dans la réalité d’une large population, s’est produit en novembre 2022.

C’est le lancement de ChatGPT, l’IA conversationnelle, qui a signé la bascule vers un nouveau monde.
Puis, dans la foulée, c’est le développement des IA génératives qui a créé un sentiment de sidération. En effet, il n’est pas de plus grand mystère que de voir une image proche de la qualité photographique apparaitre soudainement en réponse à une réquête.

La rentrée scolaire 2023 est donc une véritable charnière, qui n’apparait pas encore comme telle. Mais il se pourrait qu’à l’avenir les livres d’histoire datent l’irruption de l’intelligence artificielle dans l’éducation de cette rentrée scolaire 2023.

 

Qu’est-ce que l’IA peut apporter lors de cette rentrée scolaire 2023 ?

Soyons fous : posons la question directement à une intelligence artificielle 😉
Quoi de mieux pour mettre en avant les avantages et utilisations possibles de l’IA pour l’enseignement, que d’interroger Chat GPT ?

Selon ce dernier, les chatbots basés sur des modèles de langage comme GPT-3 ont été explorés dans divers domaines de l’éducation. Voici ceux dont il fait état :

  1. Tutorat personnalisé :
    Les chatbots peuvent fournir un soutien personnalisé aux étudiants en répondant à leurs questions, en expliquant des concepts difficiles et en offrant des conseils pour améliorer leurs compétences académiques.
  2. Assistance aux devoirs :
    Ils peuvent aider les élèves à résoudre des problèmes mathématiques, à comprendre des passages littéraires, à réviser la grammaire, etc. Cela permet aux élèves d’accéder à des ressources d’apprentissage supplémentaires en dehors de la salle de classe.
  3. Formation des enseignants :
    Les chatbots peuvent également être utilisés pour former les enseignants en fournissant des informations pédagogiques, des ressources pédagogiques et des exemples de scénarios d’enseignement.
  4. Amélioration de l’engagement des élèves :
    Les chatbots peuvent être conçus pour être interactifs et engageants, ce qui peut aider à maintenir l’attention des élèves et à les encourager à explorer davantage un sujet.
  5. Accessibilité :
    Les chatbots peuvent être utilisés pour rendre l’éducation plus accessible aux personnes ayant des besoins particuliers, en fournissant un soutien personnalisé en fonction de leurs besoins spécifiques.
  6. Langues étrangères :
    Les chatbots peuvent aider les étudiants à pratiquer et à améliorer leurs compétences en langues étrangères en engageant des conversations simulées dans la langue cible.
  7. Évaluation automatisée :
    Les chatbots peuvent être utilisés pour évaluer les compétences des élèves en posant des questions et en évaluant leurs réponses, ce qui peut réduire la charge de travail des enseignants dans l’évaluation des devoirs et des examens.

Cette liste offre des pistes bienvenue aux enseignants, elle est reste toutefois sujette à caution, puisqu’il s’agit en quelques sorte d’une autopromotion de l’IA.

Concrètement, comment l’utiliser ?

Comme le laissent entendre les exemples d’application ci-dessus, le champs d’utilisation potentielle de l’IA au sein de l’enseignement est assez vaste.
Il appartient certainement encore aux enseignants eux-même de se l’approprier et d’imaginer comment en tirer le meilleur.

Néanmoins, OpenAI qui est à l’origine de la création de ChatGPT donne quelques outils utiles dans un article (le lien est en fin de cet article).

On y trouve notamment les fameux “Prompts”, ces requêtes que l’on doit taper dans le champs de conversation pour obtenir un retour adéquat de l’IA concernée.
Ces requêtes sont classées en différentes catégories :

  • Élaborer des plans de cours
  • Créer des explications, des exemples et des analogies efficaces
  • Aider les élèves à apprendre en enseignant
  • Créer un tuteur IA

Autre lecture à explorer dans cet article : quelques exemples de professeurs dans diférentes régions du monde, qui ont tenté d’exploiter l’IA conversationnelle ou générative dans les mois écoulés.

IA et enseignement, oui mais…

Certes, l’IA n’est pas non plus la promesse de lendemains idylliques. Chat GPT l’indique d’ailleurs dans l’évaluation qu’il livre :

“…il est important de noter que l’utilisation des chatbots dans l’éducation soulève également des questions sur la confidentialité des données, la qualité de l’enseignement, et la nécessité d’une supervision humaine pour garantir des résultats précis et éthiques. Les applications spécifiques varient en fonction des besoins de l’établissement éducatif et des objectifs pédagogiques.”

Nous devrions en savoir plus dans quelques heures, lorsque l’UNESCO publiera un “Guide pour l’IA générative dans l’éducation et la recherche”. Cette publication doit intervenir dans le cadre de la semaine consacrée à ce sujet par l’UNESCO, qui se termine demain 7 septembre.

Nous reviendrons sur ce guide dès sa parution.

 

Pour d’autres informations :
L’article explicatif sur le site OpenAI

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contribuer ou publier sur Tech Ethic