• A la une
  • IA
  • Conduite autonome : les tests et applications reprennent

Conduite autonome : les tests et applications reprennent

7 mois ago
324

Si ce n’était la pandémie, nul doute que nous serions tenté d’aller découvrir les routes du Texas.
Mais attention : vous pourriez y côtoyer des camions sans conducteurs… et des gros !

A l’image des Etats-Unis, et des plaines immenses du Texas, ce sont en effet des semi-remorques à 18 roues qui sont en phase de test.

En effet, la technologie de conduite autonome, dont on parlait énormément il y a 2 ans encore, a été un peu éclipsée.
Suite à quelques déboires et accidents. Suite aussi à d’épineuses questions éthiques.

On sait par exemple que les problèmes viennent moins de capteurs divers, à priori assez efficaces, que des choix cornéliens à opérer.
En cas de “surgissement” d’un obstacle sur la route (voiture, deux roues, piéton…), vaut-il mieux infléchir la trajectoire et percuter un passant ? Ou continuer et percuter  l’obstacle ?

Du fait de ces questions, la conduite autonome est une technologie qui pose de très intéressantes questions en matière d’éthique.

Les essais de conduite autonome reprennent

Au texas, les camions utilisent des caméras et des capteurs qui fournissent de grandes quantités de données, de sorte que le logiciel informatique du véhicule sait ce qui se passe jusqu’à 3000 pieds sur la route et peut réagir aux urgences 10 fois plus rapidement qu’un humain typique.

Pour l’instant, TuMobile exploite les camions autonomes avec un opérateur de sécurité sur le siège du conducteur qui peut prendre les commandes si nécessaire, et un ingénieur de test sur le siège du passager pour surveiller le système informatique embarqué. Mais la société prévoit de commencer à faire fonctionner ses camions sans personne dans la cabine peut-être dès l’année prochaine sur des itinéraires sélectionnés.

Après un gel des essais routiers lié à la pandémie dans le monde, les développements de voitures sans conducteur se sont succédés ces dernières semaines.

Waymo, qui fait partie de la même société que Google, a récemment étendu son service de taxi sans conducteur à Phoenix. Et désormais, sans personne dans le siège du conducteur en cas de problème. La société de voitures sans conducteur de General Motors supprimera également bientôt les humains de ses voitures d’essai autonomes à San Francisco.

Tesla a déclaré qu’il allait bientôt activer des fonctionnalités logicielles qui transformeront beaucoup de ses voitures sur la route en véhicules d’essai sans conducteur.

Les constructeurs asiatiques sont aussi présents

La start-up chinoise de voitures sans conducteur Pony.ai a levé de nouveaux fonds, portant sa valorisation à 5,3 milliards de dollars, a annoncé la société.

Pony.ai est un concurrent de Waymo, la filiale de voitures autonomes de la société mère de Google Alphabet.
Pony.ai fabrique et vend la technologie requise pour les voitures sans conducteur et s’associe à des constructeurs automobiles pour le faire.

L’État du Nevada a donné à Motional, la société de véhicules autonomes soutenue par Hyundai et Aptiv, le feu vert. Elle peut lancer des voitures autonomes à Las Vegas sans conducteur humain au volant.

Les véhicules sans conducteur représentent toujours un risque énorme. La technologie autonome est encore très récente, et la plupart des voitures qui prétendent être autonomes ont encore besoin d’un humain au volant pour éviter tout accident. Les machines Motional ont une autonomie de niveau 4 , ce qui signifie essentiellement que la voiture peut effectuer les bases de la conduite, y compris certaines fonctions critiques pour la sécurité, sans intervention du conducteur. Mais ce n’est toujours pas équivalent à un conducteur humain, et la voiture n’est pas capable de prédire et de gérer tous les scénarios qu’elle peut rencontrer sur la route.

 

Pour en savoir plus :

https://www.cnbc.com/2020/11/06/china-driverless-car-firm-ponyai-valued-at-5point3-billion-after-funding.html

https://www.governing.com/next/Driverless-Trucks-Continue-Their-Momentum-in-Texas.html

 

1 thought on “Conduite autonome : les tests et applications reprennent

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Contribuer ou publier sur Tech Ethic