Télétravail : quel impact réel sur le développement durable ?

9 mois ago
168

La pandémie de Covid-19 a donné lieu à la plus grande « expérience » de travail à distance de l’histoire. Désormais, les entreprises expérimentent différents modèles de travail à distance à la sortie de la crise. Des enquêtes récentes montrent que 91 % des employés distants aimeraient poursuivre leur travail hybride ou à distance, et 76 % déclarent que leur employeur leur permettra de travailler à distance à l’avenir.
La Harvard Business Review s’interroge sur l’impact réel du télétravail sur le développement durable et la réduction des émissions de carbone.

 

Les trajets quotidiens étant pratiquement annulés lors des confinements successifs liés au Covid-19, beaucoup ont supposé que le télétravail conduirait à des gains de durabilité environnementale. Mais ce qui semblait être une tendance prometteuse s’est rapidement estompé : les émissions sont maintenant presque revenues aux niveaux d’avant la pandémie.

L’impact net sur le développement durable dépend des comportements des employés, des déplacements à la consommation d’énergie, en passant par les appareils numériques et la gestion des déchets. Cela dépend également de plusieurs facteurs situationnels comme la construction de maisons et les infrastructures locales.

Nous mettons en évidence quatre domaines comportementaux particulièrement importants : l’énergie, les déplacements, la technologie et les déchets. Les changements de comportement dans ces domaines peuvent avoir des impacts environnementaux majeurs lorsqu’ils sont agrégés entre les individus, les équipes, les entreprises et les industries.

Empreinte énergétique

L’impact du télétravail sur la consommation d’énergie est mitigé, certaines études concluant à un effet positif, tandis que d’autres indiquent un impact neutre, voire négatif, sur la consommation d’énergie. En fin de compte, ces impacts peuvent varier considérablement selon les caractéristiques individuelles de l’employé (par exemple, la sensibilisation, les attitudes, la taille de la famille, la richesse), l’infrastructure domestique (par exemple, les cotes énergétiques du bâtiment, le fournisseur) et même des facteurs situationnels (par exemple, l’emplacement géographique et la saison).

Empreinte de transport

La réduction des déplacements en télétravail apportera sans aucun doute des avantages environnementaux, mais il existe de nouvelles preuves d’effets de rebond, notamment une augmentation des déplacements non professionnels et des trajets plus courts. Par exemple, dans un échantillon californien d’employés qui sont passés au télétravail pendant la pandémie de Covid-19, la baisse des kilomètres parcourus par les véhicules s’est accompagnée d’une augmentation de 26 % du nombre moyen de trajets effectués.

 

« …le télétravail peut avoir un impact environnemental positif net sur les comportements de gestion des déchets »

 

Empreinte technologique

Du point de vue de l’empreinte individuelle, nos comportements numériques s’additionnent. Une étude suggère qu’un utilisateur « professionnel typique » – bien que dans la période pré-Covid-19 – crée 135 kg (298 lb) de CO2e (c’est-à-dire l’équivalent en dioxyde de carbone) en envoyant des e-mails chaque année, ce qui équivaut à conduire 320 km dans une voiture familiale, juste en dessous de la distance Bruxelles-Londres. Moins d’interactions au bureau en personne peuvent signifier plus de temps passé à communiquer en ligne.

Empreinte déchets

Au Royaume-Uni, le recyclage a augmenté lors du premier confinement ; cela correspond aux recherches antérieures montrant que les employés adoptent des pratiques de gestion des déchets plus durables à la maison qu’au bureau. Ainsi, le télétravail peut avoir un impact environnemental positif net sur les comportements de gestion des déchets, en gardant à l’esprit que les services locaux tels que la fourniture de poubelles pour le tri et le recyclage sont des facteurs favorables importants. Cependant, il existe également un risque d’augmentation des déchets électroniques et électriques.

 

Comment les entreprises peuvent-elles rendre le télétravail plus durable sur le plan environnemental ?

Les dirigeants d’organisation qui se soucient de réduire les impacts environnementaux de leurs effectifs – et nous pensons que tous les dirigeants devraient le faire – peuvent commencer par concevoir des plans et des politiques de télétravail en gardant à l’esprit les trois considérations suivantes :

Intégrer une culture de durabilité.

Pour créer une culture écologiquement durable et respectueuse du climat, les organisations doivent s’assurer que les considérations de durabilité sont systématiquement intégrées dans chaque décision d’entreprise dans tous les départements, et pas seulement dans la RSE. Cela signifie qu’il faut d’abord examiner quelles sont les normes et perceptions sociales existantes pour traiter les déplacements, la technologie, les déchets et les émissions d’énergie des employés distants (et internes), puis concevoir des moyens de réduire ces émissions en abordant la façon dont les gens interagissent avec chacun de ces éléments. les pratiques.

Par exemple : Quels sont les initiatives, outils et conseils déjà disponibles qui aident (ou découragent) les comportements écologiques des employés à la maison ? Existe-t-il une politique de réunion qui promeut la distance – plutôt qu’en personne – par défaut ? Comment les dirigeants et les managers traitent-ils les pratiques et les engagements existants en matière de développement durable avec leurs équipes, y compris leurs employés distants ?

Les dirigeants peuvent en outre contribuer à façonner une culture de la durabilité en adhérant eux-mêmes aux politiques environnementales existantes.

Fournir des politiques de soutien.

Pour intégrer une culture durable sur le plan environnemental, les dirigeants organisationnels doivent fournir aux employés distants le soutien approprié dans chacun des domaines décrits. Cela pourrait inclure des politiques supplémentaires telles que l’encouragement et le soutien des employés à passer à des sources d’énergie renouvelables à la maison, en leur donnant accès à des services énergétiques à commutation automatique. Les employeurs pourraient également offrir des incitations aux déplacements actifs pour les réunions de travail, comme des programmes de vélos ; ils peuvent en outre offrir le recyclage et l’élimination en toute sécurité des appareils électroniques et des déchets électroniques en double ou anciens par le biais de centres de dépôt internes ou de partenariats avec des entreprises de recyclage. Il ne s’agit pas d’une liste exhaustive et les employeurs doivent solliciter l’avis de leurs employés sur les politiques et structures supplémentaires souhaitées.

 

« Pour intégrer une culture durable sur le plan environnemental, les dirigeants organisationnels doivent fournir aux employés distants le soutien approprié dans chacun des domaines décrits »

 

Penser global, agir local.

Certaines politiques (par exemple, le passage automatique aux tarifs d’énergie verte les moins chers et des conseils pour réduire les émissions autour de la maison) peuvent être utiles à tous les employés. Cependant, les empreintes environnementales varient considérablement selon les individus, les équipes, les entreprises et les industries. Par exemple, la main-d’œuvre d’une entreprise peut dépendre fortement de la technologie, il est donc particulièrement important de contribuer à réduire les émissions provenant des déchets électroniques et de l’énergie. La main-d’œuvre d’une autre entreprise peut parcourir de longues distances ou effectuer de fréquents déplacements professionnels ; pour cette entreprise, les priorités devraient être de réduire les émissions des voyages en réduisant les options telles que les voyages non essentiels, en utilisant des transports à faible émission de carbone, en voyageant en classe économique pour les voyages essentiels et en compensant les émissions de carbone.

En plus de prêter attention aux circonstances et aux contextes spécifiques des employés pour mieux comprendre les dimensions des impacts environnementaux, il est crucial d’intégrer une culture de durabilité en fournissant un soutien, des politiques et un leadership aux employés. Ce faisant, les organisations peuvent s’assurer que le travail hybride s’appuie sur un ensemble complet de mesures de durabilité et qu’elles atteignent leurs objectifs de durabilité.

 

Pour en savoir plus :
l’article complet (en anglais) de Harvard Business Review

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contribuer ou publier sur Tech Ethic