Lucca : penser d’abord à l’utilisateur RH avant l’acheteur

3 mois ago
60

Entretien avec Damien Grandemenge, DG et associé de la société Lucca

Fabien-Grandemenge

 

Tech Ethic (TE) : Pouvez-vous en quelques mots nous présenter votre positionnement sur votre marché ?

DG : Lucca édite une suite de solutions SIRH “à la carte” qui permet d’optimiser la gestion de l’entreprise, depuis l’automatisation des processus administratifs jusqu’à l’amélioration de l’engagement des collaborateurs. Alors que le marché est composé majoritairement d’éditeurs SIRH tout en un ou de pure players, l’approche de Lucca, depuis le début, a été les deux : à la fois des solutions qui s’attaquent à un problème de gestion bien précis avec une richesse fonctionnelle équivalente aux pure players, mais également interfacées entre elles, pour permettre aux clients de construire leur propre système d’information RH.

TE : Pouvez-vous préciser à qui s’adresse votre solution en priorité, que ce soit en termes de marchés verticaux, de fonctions d’entreprises et de contacts ou d’audience cible ?

DG : Nos solutions sont utilisées par près de 5 000 entreprises françaises dont certaines ont un rayonnement international. Il s’agit principalement de PME de 200 à 500 salariés mais nous avons aussi quelques ETI comme le Groupe Dubreuil ou Novo Nordisk.

Chaque solution Lucca résout un problème de gestion bien précis. Nous proposons aujourd’hui un catalogue de 9 logiciels que nous enrichissons continuellement. Nous couvrons aujourd’hui :

  • La gestion des temps avec les congés et absences, le flex office, le suivi des temps de travail et le pilotage financier de projets au forfait (pour les sociétés de services type ESN)
  • La gestion des talents avec les entretiens individuels (évaluation, entretiens professionnels…), le suivi d’objectifs et la mesure de l’engagement collaborateur
  • La gestion des notes de frais et des achats
  • L’environnement de la paie avec la gestion de la rémunération, la gestion des titres-restaurant, la collecte automatique des variables de paie et la distribution dématérialisée des bulletins

TE : En quoi votre offre est-elle différente de l’offre concurrente ?

DG : Nous sommes convaincus qu’un éditeur doit concevoir des solutions pour ceux qui les utilisent, pas ceux qui les achètent. C’est notre principale différence par rapport aux poids lourds du secteur, qu’ils soient historiques ou non. L’UX, le design et l’ergonomie sont considérés comme aussi importants que la conception fonctionnelle. L’utilisateur final est mis au cœur du processus, les outils Lucca sont donc faciles à prendre en main et simples à utiliser au quotidien. Notre « mojo » : des logiciels “ni gris ni moches ni tristes” guide la façon dont nous concevons nos solutions. Pour être efficaces, les logiciels doivent être simples.

Nous n’avons pas pour ambition de couvrir l’intégralité des processus RH, c’est pourquoi nous faisons en sorte de rendre compatibles les solutions Lucca avec n’importe quel autre système tiers, qu’il s’agisse de la paie, des ATS, des outils de reportings, de communication. La stratégie de Lucca est plutôt de miser sur l’interopérabilité des systèmes. C’est notre deuxième axe différenciant.

 

« Nous sommes convaincus qu’un éditeur doit concevoir des solutions pour ceux qui les utilisent, pas ceux qui les achètent. »

 

Le troisième est la qualité de l’accompagnement avant-vente et après-vente porté par le Customer Success (déploiement et support), très axé « care ». Il nous permet de nous démarquer auprès des entreprises de tailles plus importantes, et le niveau de satisfaction client (98%) de fidéliser notre parc (taux de churn 5%). Formations, club utilisateurs, fidélisation, temps de réaction du support, nos dispositifs d’accompagnement des clients sont à la fois très complets, réguliers et rassurent les responsables RH, pas toujours très à l’aise avec les outils digitaux.

TE : Quels sont les usages et/ou les références associées qui illustrent le mieux l’utilisation optimisée qu’un client a fait de votre solution ?

DG : Plus de 5 000 PME/ETI françaises et internationales de tous secteurs nous font confiance : de Deezer à Michel et Augustin, Square Habitat, Gaumont-Pathé, Mazars, ou encore Pernod Ricard. Nous sommes très fiers de toutes ces références, mais peut-être plus encore de leur fidélité. Nous équipons aussi 25% de la French Tech 120.

Cela montre deux choses : la première montre que depuis 20 ans nous maintenons un haut niveau de performance de nos outils que ce soit en matière d’ergonomie ou richesse fonctionnelle. Ce qui est considérable auprès de la population des startups, particulièrement exigeantes sur ces aspects. La seconde montre que nous savons nous adapter aux besoins des entreprises en très forte croissance. Chez JobTeaser par exemple, ils apprécient notre capacité à suivre leur rythme de développement et notre accompagnement à chaque phase de croissance.

TE : Quels sont les bénéfices/ROI qu’ils en ont retiré ?

DG : Le bénéfice est double : gain de temps et performance. Le temps que les équipes RH gagne sur l’administratif est directement réalloué sur leur véritable mission. Les processus sont aussi mieux cadrés et optimisés : moins de ressaisie, plus d’erreurs en paie notamment… Cela se répercute sur le fonctionnement global de l’entreprise puisque les tâches administratives sont automatisées et les workflows d’approbation s’assurent que les règles de gestion sont appliquées.

TE : Pouvez-vous nous parler de votre modèle économique ?

DG : Nous facturons nos clients en fonction de leur consommation réelle, par collaborateur et par mois. La souscription est sans durée d’engagement et le coût est dégressif. Les tarifs sont transparents, il suffit de se rendre sur le site pour estimer le coût d’acquisition d’un ou plusieurs logiciels.

Nos solutions sont également distribuées en indirect, via notre réseau de partenaires distributeurs, intégrateurs et apporteurs d’affaires. Les autres éditeurs peuvent également proposer nos solutions à leurs clients. Nos API étant ouvertes, il est facile de faire communiquer les logiciels Lucca avec des systèmes tiers comme les ATS, les logiciels de paie…

Nous comptons environ 70 partenaires et cherchons à en recruter 80 d’ici 2025 pour nous accompagner dans notre stratégie de croissance. Notre réseau bénéficie de dispositifs dédiés comme une assistance pour répondre spécifiquement à leurs demandes, un accompagnement marketing pour les aider à générer des leads, un soutien commercial ainsi qu’à des rendez-vous réguliers pour les tenir informés de notre roadmap produits.

TE : Damien Grandemenge, je vous remercie.

Pour en savoir plus : 
le site Lucca

 

1 thought on “Lucca : penser d’abord à l’utilisateur RH avant l’acheteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Contribuer ou publier sur Tech Ethic