Logiciels et industrie : qui achètera quoi en 2024 ?

1 mois ago
86

Le secteur de l’industrie passe de chaînes d’assemblage basées sur des machines à des « usines intelligentes». L’adoption de la technologie remodèle l’industrie. La robotique et l’automatisation améliorent la productivité.
Gartner publie les résultats d’un baromètre concernant l’industrie et ses besoins en logiciels et solutions numériques.

En voici les principaux enseignements :

  • Plus de la moitié (54 %) des entreprises manufacturières prévoient de dépenser 10 % ou plus en logiciels en 2024 par rapport à 2023.
  • Les logiciels de business intelligence et d’analyse sont une priorité absolue pour les fabricants.
  • L’identification de la bonne technologie (47 %) et la compatibilité avec leurs systèmes existants (44 %) sont les plus grands défis auxquels les fabricants sont confrontés lorsqu’ils planifient des investissements dans de nouveaux logiciels.
  • 48 % des fabricants regrettent un achat technologique récent, le plus souvent en raison du coût, de problèmes de mise en œuvre ou de fonctionnalités insuffisantes.

1 – 54 % des entreprises de l’industrie prévoient d’augmenter leurs dépenses technologiques en 2024

Pour l’année à venir, le secteur de l’industrie est principalement préoccupées par la recherche de talents qualifiés (35 %), l’acquisition de nouveaux clients (35 %) et la formation et le perfectionnement des employés (34 %).

Pour les aider à relever ces défis, la majorité des fabricants choisissent d’investir davantage dans la technologie. Parmi les professionnels de l’industrie manufacturière qui caractérisent leur entreprise en état de croissance au cours des 18 prochains mois, 61 % indiquent que leur organisation prévoit de dépenser 10 % ou plus en logiciels en 2024 par rapport à 2023.

Le logiciel le plus récent acheté par les fabricants aux États-Unis était un logiciel de business intelligence et d’analyse de données, et 79 % des entreprises s’attendent à un retour sur investissement (ROI) positif dans les 18 mois suivant l’achat de ce type d’outil.

Le graphique suivant détaille les achats envisagés :

2 – Le processus de sélection de logiciels est jugé complexe

Pour près de la moitié des fabricants (47 %), l’identification de la bonne technologie est la tâche la plus difficile lors de la planification des investissements dans de nouveaux logiciels, suivie par la compatibilité avec leurs systèmes existants (44 %).

La recherche montre qu’il faut à la plupart des fabricants 6 mois ou moins pour évaluer et choisir un nouvel outil logiciel. La grande majorité crée une liste de fournisseurs potentiels lorsqu’elle recherche de nouveaux logiciels et, parmi eux, 87 % comptent cinq fournisseurs ou moins. Cependant, près de 80 % d’entre eux s’engagent activement avec seulement trois fournisseurs (c’est-à-dire obtenir des tarifs, assister à des démonstrations, démarrer un essai, ou similaire).

3 – Près de la moitié des fabricants éprouvent des regrets après avoir acheté un logiciel

Le processus de sélection et de mise en œuvre d’un nouveau logiciel peut être complexe et, malheureusement, non satisfaisant pour de nombreux fabricants : 48 % ont signalé des regrets de l’acheteur suite à un récent achat technologique.

Le plus souvent, les regrets sont motivés par des coûts plus élevés que prévu (38 %) ou par des problèmes de mise en œuvre (35 %). La mauvaise fonctionnalité (34 %) est un autre facteur lié au produit qui déçoit les acheteurs, car ils ont noté que la technologie n’était pas avancée ou comportait moins de fonctionnalités que nécessaire.

4 – Comment éviter les regrets d’achat de logiciels par les acheteurs de l’industrie

Lorsqu’on a demandé aux fabricants ce qu’ils auraient fait différemment pour éviter les regrets lors de l’achat de logiciels, la plupart des personnes interrogées ont répondu qu’un meilleur alignement des parties prenantes était nécessaire pour clarifier les objectifs et les exigences. Cela inclurait non seulement les fonctionnalités logicielles qu’ils souhaitent, mais également d’autres besoins tels que la cybersécurité.

De plus, des recherches plus approfondies sont nécessaires pour créer la liste initiale de fournisseurs, ainsi que pour garantir la fiabilité et la réputation du fournisseur grâce à une évaluation des risques.

 

Pour en savoir plus :
L’accès à l’étude Gartner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contribuer ou publier sur Tech Ethic