Antitrust : la Chine sanctionne aussi les monopoles numériques

2 semaines ago
63

Notre tropisme naturel pour le marché et les solutions numériques américains nous égare parfois.
Il pourrait nous laisser croire que les concurrents asiatiques, et notamment chinois, bénéficient d’une forme d’impunité en matière d’éthique.

Ce n’est pas le cas, car certains se font aussi rattraper par la patrouille et taper sur les doigts lorsqu’ils ne respectent pas les règles les plus élémentaires des marchés.
C’est le cas de AliBaba, le géant du commerce en ligne. Même si, en l’occurrence, il semble s’agir aussi d’un règlement de compte politique dans le contexte chinois.

Une amende antitrust record

La Chine a infligé une amende record de 18 milliards de yuans (2,75 milliards de dollars) à Alibaba Group Holding Ltd, après qu’une enquête anti-monopole a révélé que le géant du commerce électronique avait abusé de sa position dominante sur le marché pendant plusieurs années.

L’amende, environ 4% des revenus nationaux d’Alibaba en 2019, intervient au milieu d’une répression contre les conglomérats technologiques et indique que l’application des lois antitrust par la Chine sur les plates-formes Internet est entrée dans une nouvelle ère après des années d’approche de laisser-faire.

L’empire commercial d’Alibaba fait l’objet d’un examen minutieux en Chine depuis la critique publique acharnée du fondateur du milliardaire Jack Ma contre le système de réglementation du pays en octobre. Un mois plus tard, les autorités ont sabordé une introduction en bourse prévue de 37 milliards de dollars par Ant Group, la branche de financement Internet d’Alibaba, qui devait être la plus importante au monde. L’Administration d’État pour la régulation du marché (SAMR) a annoncé son enquête antitrust sur l’entreprise en décembre.

Alors que l’amende rapproche Alibaba de la résolution de ses problèmes antitrust, Ant doit encore accepter une refonte réglementaire qui devrait réduire considérablement ses évaluations et freiner certaines de ses activités en roue libre.

Alibaba acceptera la sanction

“Cette sanction sera considérée comme une clôture du dossier anti-monopole pour l’instant par le marché. C’est en effet le cas anti-monopole le plus médiatisé en Chine”, a déclaré Hong Hao, responsable de la recherche BOCOM International à Hong Kong.

“Le marché anticipe une sorte de sanction depuis un certain temps … mais les gens doivent prêter attention aux mesures au-delà de l’enquête anti-monopole.”

Le SAMR a déclaré qu’il avait déterminé qu’Alibaba, qui est cotée à New York et à Hong Kong, avait «abusé de la domination du marché» depuis 2015 en empêchant ses marchands d’utiliser d’autres plates-formes de commerce électronique en ligne.

La pratique, que le SAMR a précédemment qualifiée d’illégale, viole la loi anti monopole chinoise en entravant la libre circulation des marchandises et en portant atteinte aux intérêts commerciaux des commerçants, a ajouté le régulateur.

En plus d’imposer l’amende, qui compte parmi les sanctions antitrust les plus élevées au monde, le régulateur a ordonné à Alibaba de faire des «rectifications approfondies» pour renforcer la conformité interne et protéger les droits des consommateurs.

Alibaba a déclaré dans un communiqué qu’il acceptait la sanction et “assurera sa conformité avec la détermination”.

L’amende représente plus du double des 975 millions de dollars payés en Chine par Qualcomm, le plus grand fournisseur mondial de puces de téléphonie mobile, en 2015 pour pratiques anticoncurrentielles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Contribuer ou publier sur Tech Ethic