Climat : la transition numérique est-elle bénéfique ?

5 mois ago
127

Le changement climatique va t-il être atténué après le passage de la pandémie ? Sera-t-il modifié par un recours au télétravail et une transition numérique accélérée ?
Lorsque la pandémie est apparue en début d’année 2020, et surtout lorsque les confinements ont été mis en place, beaucoup ont pensé qu’ils auraient un effet bénéfique sur l’écologie et le climat.

Mais il est aussi possible que nous soyons confrontés à l’effet inverse.

Une étude récente de Dassault Systèmes, menée avec le cabinet d’analystes Tech-Clarity, a révélé que le coronavirus avait amené 38% des organisations dans le monde à réduire l’attention sur la durabilité environnementale, tandis que 18% l’ont complètement suspendue. La même enquête a révélé que 46% des organisations se sont davantage concentrées sur la numérisation.

La tendance est compréhensible, voire bénéfique, déclare Séverine Trouillet, directrice des affaires mondiales, EuroNorth, chez Dassault Systèmes. «Bien que cela puisse donner l’impression que les entreprises négligent la planète pour se concentrer sur les priorités immédiates, le passage au numérique est un pas dans la bonne direction», dit-elle. «En réduisant le recours aux voyages et aux preuves papier, et en augmentant leur capacité à collaborer virtuellement, les entreprises réduisent efficacement leur empreinte carbone.»

Le premier conflit potentiel à résoudre est l’empreinte carbone de l’infrastructure numérique elle-même. Selon l’Agence internationale de l’énergie, les centres de données représentaient environ 200 térawattheures de consommation d’électricité en 2019, soit 1% de l’utilisation mondiale. Or, le trafic Internet mondial a augmenté de près de 40% entre février et mi-avril de cette année.

Cependant, certains fournisseurs de centres de données et de cloud sont plus propres et plus écologiques que d’autres, déclare Duncan Grierson, fondateur et directeur général de la plateforme d’investissement durable Clim8 Invest. «Il est vrai que les centres de données sont eux-mêmes gourmands en énergie, mais bon nombre des grands fournisseurs de cloud, tels qu’AWS et Google, produisent désormais une grande partie de leurs besoins énergétiques avec l’énergie solaire et éolienne. L’impact sur le climat en est amoindri.

Le mois de juillet a vu le lancement d’un indice gratuit en temps réel par la société de technologie YellowDog basée à Bristol. Cet indice mesure spécifiquement l’impact carbone pour permettre l’évaluation de la durabilité pour le cloud computing. C’est la première fois qu’une telle évaluation tenant compte du climat est possible.

Il convient également de rappeler que réduire ou compenser les émissions de carbone n’est pas la même chose que réduire la consommation d’énergie ou augmenter la production. L’accès mondial à une énergie propre abordable augmente, mais n’est pas encore abondant. Ainsi, les centres de données énergivores qui consomment des réserves d’énergies renouvelables laissent moins d’électricité verte pour chauffer durablement les maisons et alimenter les voitures.

Selon Justin Sutton-Parker, directeur général de PX3 et doctorant à l’Université de Warwick, les niveaux de sensibilisation à l’environnement autour du passage au numérique diffèrent en fait selon le poste. Ses recherches ont révélé que les C-suite étaient conscients à 45% que l’informatique avait un impact important sur la durabilité, tandis que les rôles hors conseil d’administration dans les ressources humaines, les ventes et les finances n’étaient activés qu’à 24%.


Source :
l’article de raconteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Contribuer ou publier sur Tech Ethic